Vous êtes ici:

Se dirige-t-on vers une hausse des taux hypothécaires prochaine ?

Tout le monde le sait, les taux des emprunts hypothécaires sont historiquement bas. Les banques s’en plaignent depuis quelques temps déjà, argumentant que leurs marges sur les crédits hypothécaires sont trop faibles et que ce n’est plus tenable à long terme.
En cause selon elles : la politique monétaire conciliante de la Banque centrale européenne (BCE), de plus, le marché des crédits en Belgique qui est extrêmement concurrentiel. Cela implique qu’aucune grande banque ne compte entamer une remontée des taux hypothécaires la première.

Cette remontée des taux dont on parle tant n’est donc pas pour tout de suite.

Même si cet été les banques KBC et ING ont de nouveau rappelé que les marges et les prix des crédits immobiliers devaient augmenter sur le territoire belge, il n’est pas nécessaire de vous précipiter si vous souhaitez contracter un crédit hypothécaire prochainement.

Quelle est la situation actuelle ?

Rien n’a changé malgré les déclarations des banquiers, les taux sont toujours aussi bas et ils continuent leur dégringolade, de 2,4% en mars 2016 à 2% aujourd’hui, selon guide-épargne.be.
Par exemple, BNP Paribas Fortis, leader sur le marché hypothécaire en Belgique, pratique des taux bloqués à 3,20% sur 20 ans fixe, négociables. Chacun critique la situation actuelle mais personne ne souhaite faire le premier pas, au risque de perdre des clients. Tout bénéfice pour le consommateur belge.

Pourquoi les banques se plaignent-elles ?

En principe les taux bas ne présentent pas de problème pour les banques tant que cela ne dure pas dans le temps, mais actuellement cette période est devenue trop longue.
Quand une banque fait son bilan annuel, elle profite des bénéfices engrangés par les anciens crédits à long terme à taux élevés, toujours en activité et compense ainsi la diminution de ses marges sur les nouveaux crédits à taux inférieurs.
Par contre, après quelques années la tendance s’inverse : les anciens emprunts ont été remboursés ou renégociés, et s’ajoutent au bilan des prêts à taux réduits, les marges bénéficiaires diminuent.
En cas de remontée des taux d’intérêt sur les dépôts, ces nouvelles charges vont poser un sérieux problème aux banques, cette augmentation pourrait arriver fin 2019. Les banques vont devoir compenser en augmentant rapidement les taux des nouveaux crédits hypothécaires, tout en essayant de retarder autant que possible la remontée des taux sur les comptes épargne.

Pas de panique

Toujours selon ING, les taux hypothécaires fixes à 20 ans ne devraient pas dépasser la barre des 3,5% d’ici fin 2020.
La concurrence entre les banques, assez forte en Belgique, va décider de la vitesse de remontée des taux, tout dépendra de la situation financière de chaque banque. La BCE a aussi son mot à dire dans l’histoire, les banques devront en tenir compte.

Pour conclure : pas de remontée spectaculaire prévue dans l’immédiat, il est encore temps de profiter de ces taux records sans se précipiter. Attendons de voir 2021 et les décisions qui seront prises.