Vous êtes ici:

03 choses à absolument savoir avant de souscrire un prêt hypothécaire

Après avoir fait quelques recherches sur le web, vous avez certainement sélectionné quelques offres de prêt hypothécaire avec des taux faibles. Cependant, taux abordables ne signifie pas toujours crédit avantageux. Pour vous assurer de faire le bon choix, vous devez regarder au-delà des taux et, de ce fait, prendre le temps de faire des calculs ainsi que de négocier.

1. La durée de remboursement a une incidence sur le prix du crédit

D’une manière générale, plus la période de remboursement est longue, plus votre prêt hypothécaire vous coûtera cher. Explications ! Voici un exemple qui vous permettra de comprendre facilement. Un particulier nommé X a signé un emprunt immobilier de 300 000 euros. L’établissement lui a accordé cette somme suivant les conditions suivantes : un taux d’intérêt de 2,5%  et une durée de 20 ans. X paiera donc au total 80 542 euros d’intérêts. Si le prêt avait duré 25 ans, il aurait déboursé 102 478 euros d’intérêts et 125 140 euros d’intérêts pour une période de remboursement de 30 ans.

Restez cependant vigilant, même si la longueur du crédit joue un rôle déterminant, les « petits crédits » ne sont pas tous pour autant bon marché. Car, plus la durée sera courte, plus les mensualités seront élevées. À titre de rappel, lorsqu’il est question de contracter un prêt, il est nécessaire de choisir celui qui vous permet à la fois d’accéder au montant désiré et de vivre confortablement.

2. Le TAEG est « la » référence !

Tout comme le taux d’intérêt, les frais supplémentaires (assurance, frais de dossier, etc.) impactent considérablement sur le coût d’un prêt. Pour déterminer de façon efficace le véritable prix d’un prêt, il faut se référer au Taux Annuel Effectif Global. En effet, ce dernier englobe tous les frais et éventuelles commissions ainsi que les intérêts des crédits que vous trouverez sur le marché.

Pour votre information, dans le cadre d’un crédit hypothécaire, un emprunteur doit s’acquitter de différentes primes d’assurances (solde restant dû, assurance incendie…). Par ailleurs, il doit également payer des droits d’enregistrement, des droits d’hypothèque et des frais liés au compte via lequel il effectuera les remboursements.

3. Savoir négocier vous sera d’une grande utilité

Pour profiter d’un bon crédit, il faut savoir comparer, mais par-dessus tout, il faut également savoir négocier. Le taux d’intérêt proposé n’est pas forcément le taux d’intérêt final. Pour réussir votre démarche, n’hésitez pas à indiquer les taux proposés par les concurrents de l’organisme prêteur que vous avez sollicité. D’autre part, il  vous est également possible de négocier les frais de dossier